samedi 13 décembre 2014

ALMERIA, L'ESPAGNE, DES DECORS ET DES LIVRES.


La produccion cinematografica en Almeria, 1951-1975, Lola Caparros Masegosa, Ignacio Fernandez Manas, Juan Soler Vizcaiano, Instituto de Estudios Almerienses, 1997. (Epuisé)

Premier essai généraliste édité sur les décors d'Almeria, et particulièrement ceux des westerns. L'ensemble réunit plusieurs articles publiés dans des revues d'histoire régionales: sourcé dans les archives cinéma locales et les articles de La Voz de Almeria, références précises de chaque article données, ce qui constitue une mine d'informations sur les tournages. Des erreurs et curiosités, mais peut-être  dues à des autorisations de tournage demandées et obtenues, tournages finalement annulés et réalisés  ailleurs.





Guadix y el Cine, Fernando Ventajas Dote et Miguel Angel Sanchez Gomez, 2003. (Epuisé)

Guadix (région de Grenade, Espagne) n'est pas qu'un  lieu de tournage du western spaghetti , mais aussi de bien d'autres productions, comme Reds de Warren Beatty, Docteur Jivago de David Lean, Good Morning Babylonia des frères Taviani, Indiana Jones et la Dernière Croisade  de Steven Spielberg, etc... etc....

Très richement documenté (chaque film est passé en revue, avec toutes sources citées, archives espagnoles du cinéma ou quotidiens locaux que l'on peut donc retrouver), rigoureux et facile à lire.

Un ouvrage remarquable, même s'il manque quelques films. Nombreux documents inédits, notamment sur Poblado Leone (la ville de Il était une fois dans l'Ouest, Estacion de La Calahorra, Guadix).

(Photo de couverture : tournage de Il était une fois la Légion, Dick Richards, octobre 1976, plaine de La Calahorra, près de Guadix).





Almeria y El Cine, Carlos Perez Siquier, Almeria, 2005. (Epuisé)

Recueil de fort belles photographies de tournage, noir et blanc, prises par  Carlos Perez Siquier, photographe almeriense mondialement connu, mémoire du cinéma dans sa région -il a couvert quasiment tous les tournages- et directeur de la revue d'art et d'avant-garde almeriense AFAL. Perez Siquier fut le premier à s'entretenir avec André Cayatte, sur le tournage de Oeil pour oeil (Almeria, septembre-octobre 1956). 

Les numéros de la revue AFAL sont tous disponibles  sur le DVD  accompagnant l' étude de Laura Terré sur le groupe: 

Laura Terré, Historia del grupo fotografico AFAL, Photovision,  2006. C'est dans la revue AFAL que sont publiés  les premiers panoramas sur l'histoire du cinéma à Almeria, au tout début des années 60.






Il Vicino West, Carlo Gaberscek, Ribis, 2007. (Epuisé)

C'est le travail le plus exhaustif écrit sur les décors du western italo-espagnol.

Carlo Gaberscek s'est imposé comme le spécialiste des lieux de tournages du western, aux USA, avant de fournir ce répertoire très complet des lieux de tournage, en Espagne et en Italie, des westerns spaghetti. Une partie passionnante est  consacrée aux architectures de Carlo Simi.

Une indispensable référence.

Réserve: Gaberscek attribue la réalisation des  séquences almerienses de Pour une poignée de Dollars à Franco Giraldi, suivant en cela les dires de Tonino Valerii, théorie détruite par les propos même de Franco Giraldi et la preuve des images: les rushes de Pour une poignée de Dollars montrant Leone dirigeant Clint Eastwood au Cortijo El Sotillo, San José (Almeria), vers fin  mai 1964.

Franco Giraldi confie être venu à Almeria une seule journée de tournage, la dernière,  avant de repartir pour Rome... (Source: Luciano De Giusti ( a cura di), Franco Giraldi, lungo viaggio attraverso il cinema, Kaplan, 2006).





Granada y el Cine, Juan José Carasco, Almuzara, 2012.

Un panorama sur le cinéma et la région de Grenade.

Une lecture agréable. L'auteur est journaliste à Grenade et fut témoin des tournages par exemple, celui de Il était une fois la Révolution. Mais l'ensemble reste imprécis (pas de dates, lieux approximatifs trop souvent). Pas de documents  de tournage, mais quelques photos de l'auteur avec des acteurs ou metteurs en scène, comme Rod Steiger, Sergio Leone ou Alberto de Martino.  

Il manque aussi  l'histoire d'un des plus prestigieux décors de cinéma jamais réalisé, et ce  dans la province de Grenade: celui de  Poblado Leone (La Calahorra) que J.M. Moya a heureusement traitée dans ses travaux (J.M. Moya, Cabalgando Hacia la Aventura Almeria y la industria del Cine, Circulo Rojo, 2011).



L'ensemble de ces livres, ajouté à ceux déjà cités ici (les travaux de J.M. Moya et J.M Ubeda) :



... et quelques rares autres, comme le livre de Carlo Simi, L' Amérique de Sergio Leone (1998), constitue une irremplaçable documentation sur les décors du western spaghetti. 

Carlo Simi, L' Amérique de Sergio Leone, Festival international Cinéma Médirerranéen de Montpellier, 1998. 
Un parcours dans les décors de Carlo Simi faits pour Sergio Leone, et  maintenant cinquantenaires.

A suivre...

dimanche 7 décembre 2014

"LE GRAND SILENCE", 1968.

Lecturas, N° 831 du 22 mars 1968.

Jean-Louis Trintignant et Vonetta McGee, sur le tournage du Grand Silence, hiver1968.



Jean-Louis Trintignant, Studios Elios (Rome), hiver 1968.




Le Grand Silence, synopsis d'exploitation, Société Nouvelle des Accacias, France, 1969.



Jean-Louis Trintignant.

Klaus Kinski.





Klaus Kinski.


Frank Wolff.









Le Grand Silence, photographies d'exploitation, S.N.A., France, 1969.



Frank Wolff, Vonetta McGee et Jean-Louis Trintignant tournent la seconde fin, "heureuse et morale", du Grand Silence, finalement non utilisée. (Photographie de plateau: Armando Pietrangeli). 


Le Grand Silence est co-produit et distribué par la prestigieuse 20th Century Fox. C'est devant les menaces  de Darryl F. Zanuck, venu en personne sur le tournage  à Cortina d'Ampezzo et Rome, que Sergio Corbucci doit tourner cette seconde fin, conforme au scénario initial du projet sur lequel s'est engagé la Fox pour sa distribution internationale.  Corbucci tourne une séquence impossible à monter correctement. Zanuck va alors refuser  de distribuer le film pour la Fox. (Source: Sergio Corbucci, O. Caldiron, Rimini, 1993).






Star-Ciné Bravoure, N° 152, juin 1969. Le Grand Silence raconté par Cécile Anthony.



Klaus Kinski, Studios Elios (Rome) , hiver 1968.

Jean-Louis Trintignant, un Silence bien entouré, photographie de tournage. 




Le Grand Silence a connu de multiples éditions DVD depuis 2000, elles présentent quasiment toutes la fin "alternative" en Bonus, parfois en muet, d'autres fois en italien. De gauche à droite :

Le Grand Silence, StudioCanal (France), 2003, accompagné du reportage Western, Italian Style, un document extraordinaire de Patrick Morin (1968) sur, entre autres, les westerns de Frank Wolff , et avec des séquences de tournage du Grand Silence.
Le Grand Silence, réédition 2007, Japon.
Il Grande Silenzio, Medusa (Italie),  2013:  une image de très grande qualité et 2 fins différentes proposées en Bonus.



Il Grande Silenzio (Le Grand Silence) est disponible en Blu-Ray (1080i50) chez TCEntertainment, au Japon depuis 2013. Le disque est lisible sans problème sur nos platines européennes.


Le bel étui en carton du Blu-Ray japonais. 


Sources:
Lecturas N° 831, du 22 mars 1968.
Le Grand Silence, matériel d'exploitation Société Nationale des Accacias, France, 1969.
Orio Caldiron, Sergio Corbucci, Ramberti Editore, Rimini, 1993.
Star-Ciné Bravoure, N° 152, juin 1969.
Le Grand Silence, (Il Grande Silenzio), Sergio Corbucci, 1968, DVD StudioCanal, France, 2003.
Il Grande Silenzio, Sergio Corbucci, 1968, DVD, Japon, 2007.
Il Grande Silenzio, Sergio Corbucci, 1968, DVD Medusa, Italie, 2013.
Il Grande Silenzio, Sergio Corbucci, 1968, Blu-Ray, TCEntertainment,  Japon, 2013.


samedi 29 novembre 2014

"LA BRUTE, LE COLT ET LE KARATE" (1974)


El Karate, el Colt y el Impostor (Là dove non batte il sole/La Brute, le Colt et le Karaté), synopsis espagnol, 1974.



La Brute, le Colt et le Karaté, synopsis d'exploitation français, 1975.


Barta Barry, au centre, et Lee van Cleef.

Julian Ugarte et Femi Benussi.



Lee van Cleef et Lo Lieh.




Intérieur de la mission du Poblado del Oeste de  Daganzo (Madrid).


Décor de la Forteresse El Condor, Tabernas (Almeria), vers avril-mai  1974...



...et raccord sur la mission  de Daganzo (Madrid).


Ricardo Palacios, de dos et Lee van Cleef, Tabernas (Almeria) printemps 1974.


Lo Lieh.

Lee van Cleef et Lo Lieh , plaine du Marquesado, La Calahorra (Grenade), vers mai 1974.






La Brute, le Colt et le Karaté, photographies d'exploitation, France, 1975.



Anthony Dawson (Antonio Margheriti) dirige le travelling circulaire sur Lee van Cleef,  face à Julian Ugarte et Ricardo Palacios, Poblado del Oeste de Daganzo, (Madrid), printemps 1974.


Lo Lieh et Lee van Cleef :  une pause entre 2 prises  au Poblado del Oeste El Paso, N.340, Tabernas (Almeria), vers avril-mai  1974. L'équipe de tournage commence à travailler le 27 avril 1974 dans les décors d'Almeria.



Lee Van Cleef et Lo Lieh, nocturne au Poblado del Oest de Daganzo (Madrid), printemps 1974.



Lo Lieh, Patty Shepard et Lee van Cleef. 


Julian Ugarte.


Karen Yeh et Al Tung.

Karen Yeh.





A l'intérieur de la mission du Poblado del Oeste Daganzo, (Madrid)...






Julian Ugarte, Karen Yeh, Goyo Peralta, Forteresse El Condor, Tabernas (Almeria), vers mai 1974.



Main Street du Poblado del Oeste de Daganzo (Madrid).




Photos de presse et  d'exploitation Columbia, USA (1976). 



La Brute, le Colt et le Karaté (Là dove non batte il sole) est disponible dans un bon DVD, Seven 7 France, 2005: un film distrayant et bien fait. 

Sources:
El Karate, el Colt y el Impostor (Là dove non batte il sole/La Brute, le Colt, et le Karaté), synopsis espagnol, 1974.
La Brute le Colt, et le Karaté, matériel d'exploitation, Planfilm, France,  1975.
La Brute le Colt, et le Karaté, matériel d'exploitation Columbia, USA, 1976.
La Brute, le Colt et le Karaté (Là dove non batte il sole), Anthony Dawson (Antonio Margheriti), 1974, DVD Seven 7, France, 2005.

Le site officiel d'Antonio Margheriti (1930-2002) , tenu par son fils :